« Aurore verdoyante »

img_2912

Aurore verdoyante

Elle vole et s’envole l’aube aux élans funestes,

Délicats paysages, illusion indigeste,

Teintant de rose ces océans de sommets,

Agréables discours sur les flots atterrés.

Au gré des rêves illuminant la terre mouvante,

Pointes dantesques aux verdoyantes éprouvantes,

Nature acérée aux tendresses mille et une,

Étranges reflets dorés des mers de Neptune.

Lire la suite

Publicités

« Le port du couchant »

trouville sur mer 2

Le port du couchant

Le cieux clairs et bleus bercés aux voiles d’aurore,

Doucement s’éteignent se teignent d’air et d’or,

Exhortant l’homme aux fières insignes d’ébène,

Au cœur célestin de la reine souveraine.

L’aube épatant l’épave aux écailles de bois,

Dans l’Ovide effronté se dessinent les mats,

Des mésanges chantantes chassant le trépas,

De l’égide éclatante déliant les doigts.

Lire la suite

« Le palais des glaces »

 

P1000639.JPG

Le palais des glaces

Aux lumières de l’aube, s’illuminent les glaces,

Du palais aux fantômes, du château aux impasses,

De sinistres portraits, avisant mon ego,

Eclairant les attraits, de lugubres vantaux.

Le levant aux ormeaux, surmontant les ivoires,

Reflétant de la terre, les siècles d’histoire,

Etonnant les carreaux, aux étranges blasons,

Dessinant au lointain, les lueurs d’horizon.

Lire la suite

« Les cimes enneigées »

 

P1010093

Les cimes enneigées

A l’aurore, lance le sombre geai son appel,

L’aube aux doigts roses déployant ses blanches ailes,

Troublant la tendre transe des cieux azurés,

Ployant l’oiseau moqueur vers les cimes enneigées.

Dans les forêts d’émeraude aux mille couleurs,

S’installent les ombres vicieuses du cœur,

Etonnant le rude pin à l’âme d’argent,

Défiant la montagne maîtresse du temps.

Lire la suite

« Apologie des Roses »

 

IMG_1890

Apologie des Roses

Rose vole et flâne telle une voile immense,

Envahissant les cieux en quête de romance,

Etoile unique d’un horizon ténébreux,

Ecrasant de ta lumière l’ombre des dieux.

Pure tu t’étales dans l’espace infini,

Emplissant l’aurore de ta fine utopie,

Des monts enneigés tu dépasses la puissance,

Trahissant du plus fourbe la vile allégeance.

Lire la suite